Monter à La Vallée... Recit et Impressions
Récit de voyage – Carnaval 2012

Prélude
Ce lundi matin du carnaval de 2012, Yvon, Philippe et moi étions déjà à Marigot. En arrivant de Port-au- Prince, Marigot est à une vingtaine de kilomètres après Jacmel. Le jour précédent de notre arrivée, nous avions prévu de faire une petite excursion à La Vallée. Yvon, mon ami d’enfance, qui rumine constamment des projets salvateurs pour le pays, m’avait un peu fait la tête en me miroitant l’idée d’une sorte de festival de jazz à La Vallée. Télécharger

Le Trio Aroyo à Jérémie
Récit de voyage – 17 au 21 novembre 2011

Prélude
La veille du départ, Gilles (notre batteur) et moi, nous avions eu la bonne idée de charger les instruments à l’arrière de ma jeep de façon à ne pas encombrer les sièges devant accueillir les trois autres passagers faisant parti du périple : Ricardo notre bassiste, Fritz notre chauffeur, et Jules Emmanuel, notre hôte, venu la veille par avion de Jérémie pour faire la route avec nous. Ce matin du jeudi 17 novembre, alors que j’avais déjà réglé l’alarme de mon « smartphone » sur 5h, Ricardo m’appelle à quatre heures du matin. Je ne regarde pas l’heure, je me lève prestement, je fais les préparatifs : la valise, le café, et la bouffe tout seul ; mon fils dort à poings fermés, ma femme est à Montréal, les gens de maison ne sont pas encore arrivés. Je pars chercher Ricardo et je me rends pour 6 heures au lieu du rendez-vous avec notre hôte. Jules arrive, je le vois pour la première fois, il est physiquement très fort, il est le directeur de l’Alliance Française de Jérémie, il parle vite, il devance mes pensées. Après un léger retard, on part, on récupère Gilles près du stade Sylvio Cator. Pour prendre Fritz, notre chauffeur, j’évite la nouvelle route, dite des « railles », puisqu’il habite à Brochette ; maudite route de carrefour, nous laissons Port-au-Prince jusque vers les 8h du matin… Télécharger

Projet documentaire « Lakou Soukri »
Première séance de tournage

Samedi 13 aout
Carlito, Welele et moi arrivons à Soukri vers 2h25 pm. En sortant de PAP, Soukri est à 8.6 km après Gonaïves. L’entrée se trouve à droite en face de l’église Saint-Pierre située sur la route nationale. La région est boisée, propice au jardinage, les maisons sont de type paysan traditionnel : en pailles, mais aussi en bloc avec des toits en tôles.
Après avoir rencontré la maman de Sheila, qui nous attendait, nous déposons nos effets dans la chambre qui nous est réservée. Un hounsi, Roland, nous fait faire le tour du Lakou, nous prenons des photos, posons des questions sur les maisons principales, les maisons des loa, et l'endroit où aura lieu les cérémonies qui débuteront demain soir. Il y a des constructions que des travailleurs achèvent de construire en prévision de cette cérémonie. En particulier ils reconfigurent la  maison de Papa Bazou (qui est le loa le plus puissant de Soukri), installent deux châteaux d'eau, et refont les toilettes. Le lieu de la cérémonie (le temple proprement dit), tout frais peint, est subdivisé en soba (la où se trouve l’hôtel de Onkl ( ?) et la chambre de Manbo Inan –qui est la femme de Papa Bazou) et le péristyle proprement dit. Seuls les initiés peuvent accéder au soba qui est d’ailleurs toujours gardé.Télécharger le document

Shôbôgenzô zazengi : Les règles de la méditation assise
Etudier le Zen revient à s'asseoir en méditation. Pour la méditation assise, il convient d'un lieu tranquille. Il faut y étendre un carreau épais. Sans laisser le vent ou la fumée y entrer ou la pluie ou l'humidité y pénétrer, on doit préservez l'endroit où l'on se tient. Autrefois, il y eut des exemples où l'on s'asseyait sur du diamant ou sur une pierre, mais tous s'asseyaient en disposant une épaisseur d'herbe. Le lieu où l'on s'assoit doit être clair et ne doit pas être sombre en journée ou en soirée. La règle veut qu'il soit tempéré en hiver et frais en été. On doit abandonner toutes les relations et se reposer des milliers de préoccupations. Le bien n'est pas pensé, pas plus que le mal. Il ne s'agit pas de conscience ni de considération. Il ne faut pas désirer devenir un bouddha et on doit s'y dépouiller des positions assise et allongée. On doit être modéré dans son alimentation. Sans être prodigue de son temps, on doit préférer s'asseoir en méditation comme si l'on devait étouffer un feu brûlant sur la tête. Le cinquième patriarche du mont Obai ne faisait que se consacrer à la méditation assise à l'exclusion de tout autre chose.Lire la suite
Contactez-Nous | A Propos de Nous
© Tous Droits Réservés Claude Carré
Webdesign Par:Dieuvenson BON